Les neurosciences et l'enseignement

ÉLITE enseignement forme ses enseignants aux neurosciences


Votre enfant est colérique, agressif ? Alors cet article s'adresse à vous.
Nos enseignants sont formés, pour prendre le contrôle de la situation et l’aider avec bienveillance et efficacité.

Comment fonctionne cet objet ? Voilà une question qui nous vient immédiatement à l’esprit lorsqu’on
achète un nouvel objet. Si on souhaite l’utiliser correctement, il faudra s’y intéresser et lire la notice.
Alors, que dire lorsqu’il s’agit de nos enfants, ne devrions-nous pas nous intéresser à leur personne
pour mieux les comprendre et leur venir en aide ?

Les parents pensent connaître leurs enfants par cœur. Cependant, ils seraient bien surpris de connaitre
les raisons qui influent sur leur comportement et caractère. Les parents devraient pourtant s’y intéresser, cela les aiderait grandement. En revanche, concernant l’enseignant qui est un professionnel de l’éducation et qui est amené régulièrement à gérer des conflits avec et entre élèves, il se doit d’y être préparé. C’est pourquoi, l’enseignant doit être formé tant au niveau du savoir à transmettre, qu’au moyen de le transmettre dans les meilleures conditions possibles. Pour mener à bien cette mission, l’enseignant doit avoir des notions sur les neurosciences (connaissances sur le fonctionnement du cerveau). C’est la raison pour laquelle, nous voyons de plus en plus apparaître les sciences cognitives dans les parcours de formation des enseignants, ce qui est une bonne chose en soi.



                                      Face, Dialogue, Enfant, Talk, Psyché, Cauchemar

Nous présenterons succinctement le fonctionnement du cerveau des enfants et vous donnerons quelques pistes pour gérer les comportements (1) difficiles. Les spécialistes (2) s’accordent à dire que le cerveau humain est divisé en trois grandes parties, nommées communément : 

« CERVEAU POSTÉRIEUR », « CERVEAU MOYEN », « CERVEAU ANTÉRIEUR ».

La première partie est appelée « LE RHOMBENCÉPHALE » ou partie primitive, nous verrons plus bas pourquoi. Elle est chargée des fonctions basiques pour la survie et le contrôle de vos mouvements.
C’est grâce à cette partie que l’on continue à respirer même lorsqu’on dort. C’est aussi grâce à elle, qu’on a le contrôle de nos membres et qu’on s’oriente dans l’espace en gardant l’équilibre.

                                                Mur De Pierre, Enfant, À Pied, D'Équilibrage

La seconde partie du cerveau appelée « LE MÉSENCÉPHALE » est la partie qui traite l’information reçue tel que l'ouïe, la vue ou le toucher. Elle gère et régule les émotions et d'autres fonctions corporelles comme l'appétit, la soif et le sommeil. Et c’est surtout elle, qui décide d’envoyer une information à la première ou à la troisième partie du cerveau pour traiter la situation. En fonction de la situation, c’est elle qui décide d’envoyer l’information à la partie primitive ou à la dernière partie du cerveau, la plus développée.

                                
                                      Oreilles, L'Oreille, Lobe De L'Oreille, Son, Écouter


Quant à la troisième partie, elle est appelée « LE PROSENCÉPHALE ». Cette partie est la plus importante et la plus développée du cerveau. C’est elle qui gère la mémoire, classe les informations par priorités, et décide de l’action à mener. Par exemple, si votre téléphone sonne et que votre enfant s’approche du feu, c’est cette partie, qui analysera la situation et décidera de la réponse la plus appropriée. Elle vous ordonnera alors de vous occuper de votre enfant en premier lieu.


                                                Liste, Pense Bête, Note, Stickies, Notes


Nous schématiserons ici d’une manière simple afin de vous expliquer leur fonctionnement.

 La première partie gère le stress et les situations dites « primitives » (recours à la force par instinct de survie). Lorsque cette partie du cerveau gère la situation, il n’y a pas moyen de dialoguer avec l’enfant, la médiation est rompue. Cela est dû au fait que cette partie ne gère que les réactions liées à la survie. Cette partie suggérera, soit la fuite (exemple : un lion est devant moi), soit une réaction violente (une bagarre : je reçois un coup, j’en donne un aussi), soit un état de tétanie (tétanisé, ébahi par la situation).

 La deuxième partie permet, au contraire, de raisonner, de réfléchir et d’analyser l’information reçue. Elle décide ensuite d’envoyer l’information soit à la première partie du cerveau « primitive », la situation nécessite une réaction de survie, soit à la troisième partie, la plus développée.

 Quant à la troisième partie, elle permet la régulation des émotions, la moralité, l’organisation, la logique et la prise de décision pertinente, à savoir, agir ou pas et comment le faire. En effet, celle- ci agira d’une manière appropriée à la situation. Pour y arriver, elle se basera sur les connaissances ainsi que l’expérience acquises au fil du temps. Elle prendra également en compte des caractéristiques telles que la raison, l’empathie, la sympathie ainsi que d’autres critères qui entraîneront une réponse adaptée à la situation.

Ces états sont reconnaissables et gérables. Effectivement, si le professeur y est formé, il sera préparé et gérera la situation. Dès lors que le professeur reconnaîtra la partie qui gère le comportement de l’élève, il saura quelle attitude adopter pour gérer la situation et atteindre son but. Ainsi, si l’élève s’énerve ou s’emporte, il saura qu’il doit soit interrompre la discussion cinq minutes, le temps que l’enfant se calme, soit faire appel à la deuxième partie du cerveau, qui établira une connexion avec la troisième partie gérant les émotions positives. Ceci sera possible en adoptant un ton amical ou une attitude bienveillante envers l’enfant qui ne se sentira plus agressé et mettra ainsi sa partie primitive hors tension. Il peut également avoir recours à l’effet miroir, mais qu’est-ce que l’effet miroir ?


L’effet miroir


                               Boule De Verre, Verre, Boule, Rond, Coloré, Transparent




L’instituteur doit également avoir à l’esprit l’effet miroir et s’en servir afin d’influer sur les événements et non pas de les subir. En effet, lorsque votre interlocuteur baille, instinctivement, vous aurez également envie de bâiller, si une personne vous agresse verbalement, vous lui répondrez de la même manière avec la même agressivité, et pareillement si une personne vous complimente vous lui rendrez le compliment. Ainsi, si le professeur veut être respecté et estimé par ses élèves, il doit en faire de même.
A présent, voyons un exemple de comportement à adopter face à un élève sous l’emprise de son cerveau postérieur (décisions prises par la partie primitive). Nous avons vu que chaque comportement
est généré par une partie différente du cerveau. Par conséquent, si par exemple, on est face à un élève hors de lui, il ne faut pas faire l’erreur de reproduire l’effet miroir et se mettre dans le même état, car cela ne fera qu’envenimer la situation. On adoptera plutôt, une posture qui s’adressera à une autre partie de son cerveau, en lui proposant d’aller se calmer 5 minutes avant de continuer la discussion, ainsi la partie qui gère le stress et l’instinct de survie sera mise hors service et la partie moyenne du cerveau entrera en jeu pour analyser la situation nouvelle. Cela entraînera le retour au calme de l’élève et il prendra conscience de la mauvaise posture dans laquelle il se trouve. Lors de la reprise de contact, la situation sera apaisée et une discussion constructive pourra alors être menée.

Nous conclurons par cette phrase de Stanislas Dehaene du Collège (3) de France, spécialiste français des neurosciences, qui affirmait lors d’une de ses conférences, que « les professeurs connaissent mieux ce qui se trouve sous le capot de leur voiture que ce qui se trouve dans le cerveau de leurs élèves » (4) . Il est donc important de s’intéresser au fonctionnement comportemental et émotif de nos élèves afin d’être efficient dans nos enseignements.

L’équipe ÉLITE enseignement

-----------------------------------------------------------------------
1 https://en.wikipedia.org/wiki/Daniel_J._Siegel#Works
2 https://www.college-de-france.fr/site/stanislas-dehaene/Bibliographie.htm
https://apprendreaeduquer.fr/modelisation-du-cerveau-main-en-3-etapes-discipline-positive/
https://en.wikipedia.org/wiki/Daniel_J._Siegel#Works
3 https://fr.wikipedia.org/wiki/Stanislas_Dehaene
4 https://www.youtube.com/watch?v=r8jYVEGWOrI